Urgences en milieu rural, le Québec fait mieux que les autres provinces

Urgences en milieu rural, le Québec fait mieux que les autres provinces

Le Québec ne fait pas toujours bonne figure en santé, mais ce n’est pas le cas de nos urgences en milieu rural qui se distinguent par rapport aux services offerts dans les autres provinces.

«Près de 75% de nos urgences rurales ont un chirurgien de garde, un anesthésiste et des lits de soins critiques, contre seulement 20% des urgences rurales dans le reste du Canada. L’accès à des appareils d’imagerie pour évaluer les patients est aussi très faible dans les autres provinces, alors qu’au Québec, ces équipements de base sont présents dans 75% des urgences rurales», signale le Dr Richard Fleet, titulaire de la Chaire de recherche en médecine d’urgence de l’Université Laval-Hôtel-Dieu de Lévis.

Le Dr Fleet supervise le projet Urgences rurales 360o, qui vise à améliorer les soins dans les urgences en région. Il s’agit de la plus vaste étude du genre jamais menée au Québec. Plus de 300 professionnels de la santé, décideurs et usagers de 26 urgences en région seront consultés afin de recueillir des pistes d’amélioration concrètes.

Bonne note au Québec

Au cours des cinq dernières années, le Dr Fleet et ses collègues ont réalisé plusieurs études sur les soins d’urgence offerts hors des grands centres urbains, à travers le Canada. «On s’est rendu compte qu’il y a beaucoup de différences entre les provinces et entre le Québec et le reste du pays. On offre de très bons soins dans nos urgences rurales», constate le Dr Fleet.

Selon lui, au Québec, les politiques gouvernementales favorisant le déploiement de médecins en région ont favorisé l’achat d’équipements et, par le fait même, rehaussé le niveau de soins dans ces urgences. Elles enregistrent près de 400 000 visites annuellement.

Pistes d’amélioration

L’équipe du Dr Fleet a commencé sa tournée d’entrevues et de groupes de discussion aux îles-de-la-Madeleine, à Fermont et à Baie Saint-Paul. «Nous avons reçu une très bonne collaboration dans ces trois milieux de soins. Les résultats sont en cours d’analyse. Parmi les pistes d’amélioration regardées, on pense à la télémédecine, à la télémédecine dans les ambulances, à la formation par simulation pour les cas vus moins fréquemment en région, ainsi qu’aux stratégies de recrutement et de rétention», formule le Dr Fleet, en marge du 33e congrès de l’Association des médecins d’urgence du Québec, qui se tient au Mont Sainte-Anne.

Ce projet d’une durée de trois ans est soutenu par le Fonds de recherche du Québec à hauteur de 290 000$.

Laisser un commentaire