Un prêtre condamné pour viol sur mineur en poste près de Toulouse

Un prêtre condamné pour viol sur mineur en poste près de Toulouse

TOULOUSE (AFP) – 

Un prêtre qui a purgé une peine pour viol sur un mineur de 16 ans officie actuellement près de Toulouse, notamment en tant que responsable de la pastorale des enfants, a-t-on appris samedi auprès de l’archevêché.

Confirmant une information de Mediapart, l’archevêché a reconnu que le père Dominique Spina officie depuis 2009 en tant que seul prêtre de l’ensemble pastoral de Fronton-Bouloc-Castelnau, près de Toulouse, qui regroupe sept clochers.

Dominique Spina, un ancien aumônier de Pau, avait été condamné en mai 2006 en appel à Tarbes à cinq ans de prison dont un avec sursis pour le viol d’un lycéen de 16 ans en 1993.

Le prêtre était alors prêtre du diocèse de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) où une enquête préliminaire vient de s’ouvrir sur le cas d’un autre prêtre, l’abbé Jean-François Sarramagnan, accusé d’actes pédophiles.

Le père Spina, dont l’évêque de Bayonne, Mgr Marc Aillet, reste le responsable officiel, a toujours nié avoir imposé des relations sexuelles au jeune, parlant d’un lien amoureux réciproque.

L’archevêché a refusé de faire tout nouveau commentaire à ce sujet mais a communiqué en intégralité à l’AFP les réponses apportées à Mediapart par le père Spina et Mgr Robert Le Gall, archevêque de Toulouse.

« Le père Dominique Spina a effectué sa peine », a déclaré Mgr Le Gall. « J’ai accepté, en décembre 2007, le père Dominique Spina de manière temporaire avec des charges très réduites. Le père Dominique Spina n’a aucun contact direct avec les enfants », a assuré l’archevêque, précisant que le père Spina « ne confesse jamais dans un endroit isolé ». « Il doit toujours avoir la porte ouverte ou encore confesser au vu de tous ».

« Si je suis responsable de la pastorale des jeunes, je n’ai aucun contact avec les enfants », a confirmé le père Spina. « Ce sont les catéchistes qui rencontrent les enfants et les forment », a-t-il expliqué.

Depuis plusieurs mois, l’Eglise catholique fait face à plusieurs scandales liés à des révélations d’affaires de pédophilie ou d’agressions sexuelles impliquant des prêtres. Le cardinal Philippe Barbarin, primat des Gaules, est visé par deux enquêtes pour non-dénonciation d’agressions sexuelles.

© 2016 AFP

Laisser un commentaire