Tristan Garcia lauréat du Livre Inter pour 7

Tristan Garcia lauréat du Livre Inter pour 7

PARIS (AFP) – 

Le romancier Tristan Garcia a reçu lundi le 42e prix du Livre Inter pour son roman « 7 » (Gallimard), un livre à l’architecture époustouflante mêlant sept histoires qu’on pourrait croire indépendantes avant de découvrir qu’elles sont étroitement liées.

Ce livre a été choisi au quatrième tour de scrutin après six heures de délibération, a précisé la présidente du jury, Agnès Desarthe, sur France Inter.

Maître dans l’art de raconter des histoires, le jeune auteur, âgé de 35 ans, joue avec tous les genres du roman: anticipation, thriller, histoire d’amour. Livre philosophique par les questions qu’il soulève – le coeur du roman pose la question de la condition humaine -, c’est aussi un roman que le lecteur aura du mal à lâcher tant le style de Tristan Garcia est limpide et ses histoires – même les plus invraisemblables – captivantes.

Dans le premier des sept romans qui composent le livre de près de 600 pages, le narrateur utilise une nouvelle drogue qui permet de remonter le temps. Tristan Garcia nous entraîne ensuite dans l’univers du rock et des origines de la création. La troisième histoire se déroule dans le milieu de la mode où l’on découvre avec effarement le secret de la femme au plus beau visage du monde.

Il sera aussi question d’extraterrestres, d’immortalité, de religion, de communautarisme et de résurrection.

La septième histoire, la plus longue du roman, a pour héros un personnage qui invariablement saigne des litres de sang le jour de son septième anniversaire.

Le jury du Livre Inter était présidé cette année par la romancière Agnès Desarthe. Il est composé de 24 auditeurs (12 hommes et 12 femmes) de la radio du service public.

Créé en 1975, le Prix du Livre Inter suscite généralement un fort engouement populaire.

L’an dernier, le prix avait été décerné à Valérie Zenatti pour « Jacob, Jacob » (L’Olivier), un roman explorant la mémoire algérienne à travers le portrait de Jacob, jeune Juif de Constantine enrôlé en juin 1944 pour libérer la France des nazis.

© 2016 AFP

Laisser un commentaire