Les OGM ne tiennent pas toutes leurs promesses

Les OGM ne tiennent pas toutes leurs promesses
Un reportage de Julie Vaillancourt de La semaine verte  

Lorsque les premières semences génétiquement modifiées de soya, de canola et de maïs-grain ont été commercialisées en 1996, Sylvain Raynault, qui est à la tête d’une importante exploitation agricole dans Lanaudière, a sauté dans l’aventure à pieds joints.

Sylvain Raynault, agriculteur. Photo : Radio-Canada

J’ai joué le jeu au complet et j’étais convaincu que c’était la chose à faire. C’était une technologie qui faisait l’affaire de tout le monde. On n’y voyait que des avantages.

Sylvain Raynault, agriculteur

Le but initial de l’innovation était de permettre aux agriculteurs de tuer les mauvaises herbes beaucoup plus facilement. Ces derniers pouvaient vaporiser de l’herbicide sur l’ensemble des champs sans craindre d’endommager leurs plants de céréales, parce que le propre des semences génétiquement modifiées est justement de résister à l’application de certains herbicides spécifiques.

Les semences Round-up Ready de Monsanto

C’est la compagnie Monsanto qui est à l’origine de l’innovation. Le géant américain de l’agrochimie, qui vient d’être vendu à la compagnie Bayer, commercialisait depuis plusieurs années déjà un herbicide à base de glyphosate, le Round-up, quand il a mis sur le marché sa première semence appelée Round-up Ready. D’autres entreprises l’ont par la suite imité en mettant sur le marché des semences modifiées pour résister à l’application de leur herbicide.

Les agriculteurs, séduits par la facilité du processus, ont peu à peu abandonné les autres méthodes de contrôle de mauvaises herbes et multiplié le recours aux herbicides à base de glyphosate, au point que, depuis 1996, la consommation de pesticides a bondi de 130 % au Canada.

Pourtant, l’une des grandes promesses de l’industrie était justement que les OGM permettraient de réduire l’utilisation de pesticides. Gilles Tremblay, chercheur au Centre de recherche sur les grains, est l’un des rares agronomes qui osent publiquement critiquer le legs des semences OGM, en particulier l’usage abusif d’herbicides.

Gilles Tremblay, agronome, Centre de recherche sur les grains. Photo : Radio-Canada

À force d’utiliser toujours plus de Round-up, il y a un équilibre qui est rompu, d’après moi. Pourtant, au départ, on pensait qu’on avait une formule gagnante.

Gilles Tremblay, agronome, Centre de recherche sur les grains

Le problème est d’autant plus criant que la surutilisation de pesticides comme le Round-up a mené à l’apparition de « super mauvaises herbes », encore plus coriaces et envahissantes, dont les fermiers américains peinent aujourd’hui à se débarrasser. Des mauvaises herbes similaires ont fait leur apparition en Ontario et en Alberta.

Selon des spécialistes, le phénomène ne va pas tarder à atteindre le Québec. La gestion des mauvaises herbes, autrefois facilitée par les semences OGM, est donc en voie de se compliquer.

Pour sa part, l’agriculteur Sylvain Raynault a eu assez de ce cercle vicieux.

Le Round-up est moins efficace qu’il était et on est obligé d’augmenter les doses ou de le mélanger avec d’autres pesticides plus toxiques auxquels on avait renoncé dans le passé.

Sylvain Raynault, agriculteur

Les rendements pas toujours améliorés avec les OGM

Au fil des ans, l’industrie a fait état de rendements plus élevés grâce aux semences OGM. Or, l’analyse des données fournies par Statistique Canada révèle une tout autre réalité.

Une compilation des rendements à l’acre des différentes productions OGM comparés aux productions conventionnelles en Ontario et au Québec depuis 2000 révèle que si le rendement du maïs génétiquement modifié est effectivement plus élevé, pour le soya, il n’y a pas de différence notable.

« Le recours aux OGM n’a pas vraiment augmenté les rendements de façon significative. Est-ce que les rendements supplémentaires obtenus sont suffisants pour contrevenir à tous les autres inconvénients associés à ça’ Probablement pas », conclut le chercheur Gilles Tremblay.

De son côté, l’industrie continue de promouvoir les semences génétiquement modifiées. À l’occasion du 20e anniversaire de la commercialisation des premiers OGM, Crop Life Canada, l’association qui regroupe les manufacturiers et les distributeurs d’agrochimie, faisait le bilan suivant : « Si les fermiers du Canada ont pris la décision de cultiver majoritairement des céréales génétiquement modifiées, c’est à cause des bénéfices qu’ils en retirent et continueront d’en retirer en les aidant à générer davantage de nourriture. »

« Quand des OGM ne tiennent pas toutes leurs promesses », le reportage de Geneviève Turcotte et Julie Vaillancourt à La semaine verte samedi à 17 h, sur ICI Radio-Canada Télé.

Laisser un commentaire