Le risque de démolition de la maison Déry refait surface

Le risque de démolition de la maison Déry refait surface

Alors qu’on la croyait sauvée, la maison Déry, à Charlesbourg, pourrait bien être finalement démolie. Le gouvernement et la Ville de Québec lui reconnaissent pourtant «une bonne valeur patrimoniale».

Fin septembre, le ministre de la Culture, Luc Fortin, avait décrété un moratoire de 30 jours pour suspendre momentanément le permis de démolition accordé par la Ville aux propriétaires.

Cette décision du ministre faisait suite à un article du Journal dans lequel la Société d’histoire de Charlesbourg (SHC) s’alarmait devant la disparition imminente de cette demeure de la rue du Vignoble, probablement construite en 1834.

Or, les études des experts ont conclu, entre-temps, que le bâtiment possède un intérêt patrimonial «local» et non pas «national», a expliqué Karl Filion, attaché de presse du ministre. Selon lui, la décision de conserver ou non la demeure est désormais aux mains de la municipalité.

Vers un autre sursis

Toutefois, plusieurs difficultés pointent à l’horizon. La conseillère municipale, Julie Lemieux, a d’abord indiqué au Journal que la maison Déry revêt une «bonne valeur patrimoniale» tout comme 8000 autres résidences de Québec. Il s’agit d’un échelon inférieur aux 2000 autres bâtiments à valeur patrimoniale supérieure ou exceptionnelle.

Que faire alors’ «On continue de discuter avec les propriétaires. On essaye d’obtenir un sursis de six mois. On va les accompagner dans le but de trouver un éventuel acheteur qui s’engagerait à ne pas démolir la maison», a indiqué la conseillère. Chose certaine, le permis de démolition redeviendra opérant dès lundi.

Laisser un commentaire