Hôtellerie, Jin Jiang et AccorHotels confirment être en discussion

Hôtellerie, Jin Jiang et AccorHotels confirment être en discussion

PARIS (AFP) – 

Le fonds chinois Jin Jiang, qui s’est invité au capital d’AccorHotels au point de devenir son premier actionnaire, n’intégrera pas dans l’immédiat le conseil d’administration, mais a indiqué être « en discussion » avec le groupe européen au sujet de sa gouvernance, lors d’une assemblée générale extraordinaire mardi à Paris.

Le fonds de la ville de Shanghai, qui détient 15,06% du capital d’AccorHotels, a décidé de ne pas demander dans l’immédiat une place au conseil d’administration, alors qu’il en avait l’opportunité avec la réunion ce mardi de l’AGE, consacrée au rachat du groupe de luxe FRHI et à une augmentation de capital.

Numéro 7 mondial, le groupe shanghaien Jin Jiang est déjà propriétaire en Europe de Louvre Hotel Group (Campanile, Kyriad, Golden Tulip…) et s’est invité depuis le début de l’année au capital d’AccorHotels, franchissant successivement les seuils de 5% fin janvier, 10% fin février et enfin 15% fin mai. Avant de redescendre à 12,6% en raison de l’augmentation de capital, ce qui en fait le premier actionnaire du groupe français.

De son côté, Chen Liming, vice-président de Jin Jiang, présent à cette assemblée générale extraordinaire, a confirmé que son groupe était « en discussion » avec AccorHotels. Officiellement le fonds n’a pas l’intention de prendre le contrôle d’AccorHotels, a-t-il indiqué à l’AMF, le gendarme de la Bourse.

Dans un communiqué, Jin Jiang précise que « dans l’hypothèse où (ils) juger(aient) nécessaire d’accroître (leur) contribution au sein du groupe, (ils) en discuter(aient) avec le conseil d’administration ».

« Jin Jiang est ouvert à la coopération avec tout acteur international. Nous nous investissons dans la recherche de partenariats +gagnant-gagnant+ dans le cadre de discussions ouvertes et transparentes », ajoute le communiqué.

Si les discussions sont longues, c’est que Jin Jiang n’est pas seulement un fonds, c’est aussi un opérateur hôtelier en Chine ainsi qu’en Europe.

A la tête de l’hôtelier français depuis près de trois ans, Sébastien Bazin a reconnu que les discussions entamées n’ont pas permis de « trouver encore la bonne solution pour avancer encore plus fort ensemble », mais qu’elles se déroulent dans « une grande confiance, une grande écoute et une grande transparence ».

« On a des discussions très calmes, très pesées, qui ne sont pas anxiogènes (…). On s’écoute, on doit juste prendre en considération le fait qu’ils sont un opérateur hôtelier puissant et que je le suis également et que nous sommes (en concurrence, NDLR) sur les marchés chinois et européens », a poursuivi M. Bazin.

« Je ne vous demande pas d’être naïfs, ne soyez pas craintifs: plus le groupe AccorHotels sera entre les mains d’actionnaires puissants, plus ces actionnaires seront internationaux, plus ils aideront ce groupe à passer les étapes difficiles dans un monde en pleine évolution », a-t-il martelé aux actionnaires.

Le groupe Jin Jiang, qui détient 15% du capital, « mérite mon respect et ils l’ont, c’est un des plus gros acteurs mondiaux hôteliers avec des ambitions légitimes, intelligentes. Ils ont choisi d’investir dans le groupe AccorHotels car ils pensent qu’il a une stratégie cohérente (…) », a souligné le dirigeant.

© 2016 AFP

Laisser un commentaire