EN CONTINU , gaz lacrymogènes et heurts lors des manifestations contre la Loi Travail

EN CONTINU , gaz lacrymogènes et heurts lors des manifestations contre la Loi Travail

Paris, Rennes, ou encore Strasbourg : à l’appel de plusieurs syndicats, plus de 200 rassemblements sont prévus partout en France contre la loi de la ministre du Travail Myriam El Khomri, qui continue de mobiliser les foules depuis plusieurs semaines.

samedi 9 avril

18h30 CET

Entre 18 000 et 20 000 manifestants auraient défilé aujourd’hui à Paris, selon la police, alors que les syndicats parlent de 110 000 personnes.

17h29 CET

Lors de la manifestation contre la Loi Travail à Rennes, de violents heurts ont éclaté entre les policiers et les manifestants.

17h28 CET

Hulya Sen, l’opératrice de la correspondante de RT Anastassia Tchourkina à Paris a été une victime collatérale des affrontements en marge de la manifestation contre la Loi Travail à Paris. Selon la correspondante, Hulya filmait ce qui se passait dans la foule au moment où les forces de l’ordre sont intervenues.

«Mon cameraman a reçu du gaz poivré d’un policier qui ciblait un manifestant», a précisé Anastassia Tchourkina sur son compte Twitter.

17h04 CET

Le cortège à Paris qui s’est retrouvé place de la Nation, a lancé des pierres, des pavés et autres projectiles sur les forces de l’ordre, a constaté le correspondant sur place de RT France. «Le gaz lacrymogène commence à sentir partout», a-t-il précisé.

Alors que la manifestation se poursuit, les manifestants ont même essayé d’arracher les grilles métalliques entourant les arbres.

16h50 CET

Des heurts ont opposé des manifestants aux forces de l’ordre samedi à Nantes, à l’occasion d’une nouvelle mobilisation contre la loi travail qui rassemblait 2 600 personnes selon la préfecture, 15 000 selon la CGT.

Les forces de l’ordre ont été à plusieurs reprises la cible de projectiles divers, pavés, cailloux, bouteilles et ufs, a constaté une journaliste de l’AFP.

Elles ont répliqué en tirant des grenades lacrymogènes et en faisant usage de lances à eau pour empêcher l’accès à l’hypercentre.

16h40 CET

Les opposants à la loi travail, salariés, étudiants et lycéens étaient à nouveau dans la rue samedi pour la manifestation qui a recueilli des milliers de personnes.

À Rennes, 1 700 selon les autorités, 4 000 selon les organisateurs. À Nantes, des jeunes ont jeté des projectiles contre les forces de l’ordre. La préfecture recensait 2.600 personnes, la CGT 15.000.

À Toulouse, où les vacances n’ont pas encore commencé, la baisse de participation était tout aussi patente: les manifestants étaient entre 8.000 selon la police et 20.000 selon la CGT.

16h35 CET

À Nantes, des jeunes ont jeté des projectiles contre les forces de l’ordre.

16h10 CET

Un correspondant de RT France qui a suivi le cortège parisien se dirigeant vers la place de la Nation a constaté une forte présence policière, des centaines de CRS entourant le rassemblement, afin de sécuriser les rues alentour. Lors de la manifestation filmée en direct sur Periscope, des fumigènes ont été lancés et des pétards ont éclaté.

«Les manifestants de temps en temps se mettent à courir et à scander des slogans», a-t-il précisé. «Police nationale, milice du capital», a répété la foule.

A la fin de l’après-midi, de la musique a commencé à être diffusée tandis que le début de la manifestation s’est déroulée dans le silence.

16h02 CET

La manifestation à Nantes ont pris un tournant violent quand certains manifestants ont brisé les vitrines d’un magasin.

16h02 CET

Metz, Clermont-Ferrand, Lille… la manifestation générale bat son plein dans toutes les villes principales de France. Les manifestants demandent à l’unanimité le retrait de la loi Travail.

Découvrir plus

Lors de la dernière journée unitaire d’action, le 31 mars, ils étaient entre 390 000 et 1,2 million dans tout le pays. Et cette fois encore, les manifestants sont attendus nombreux.

A ne pas manquer, RT France suit le cortège en direct sur Facebook et Periscope.

Samedi matin, les rassemblements ont commencé notamment à Rennes, à Strasbourg et Paris. Ils doivent se poursuivre dans l’après-midi avec notamment une marche prévue à 14 heures dans la capitale, partant de la place de la République pour rejoindre la place de la Nation.

Lors des derniers rassemblements, de violents incidents avaient éclaté entre manifestants et policiers, avec notamment 177 interpellations le 5 avril, lors de la journée de mobilisation organisée par des associations de jeunesse.

Alors que l’Unef et d’autre organisations lycéennes seront reçues par le Premier ministre Manuel Valls lundi matin, le projet de réforme du code du Travail poursuit lui son cours législatif. Les députés de la commission des Affaires sociales ayant fini de l’examiner jeudi, le texte doit maintenant être débattu à l’Assemblée dès le 3 mai.

Lire aussi : «Une loi de régression sociale qui nous ferait retourner au XIXe siècle»

Laisser un commentaire