Dopage/Affaire Puerto, la justice espagnole exige la remise des poches de sang

Dopage/Affaire Puerto, la justice espagnole exige la remise des poches de sang
14 juin 2016 – 13H25

© AFP/Archives | Le docteur Eufemiano Fuentes lors d’une audience au tribunal de Madrid le 28 janvier 2013

MADRID (AFP) – 

La justice espagnole a exigé mardi la remise aux autorités sportives des poches de sang saisies dans « l’Opération Puerto » contre le dopage dans le cyclisme et qui pourraient mettre en cause de nombreux autres sportifs.

L’arrêt de la cour d’appel de Madrid ordonne de « remettre les contenus des poches de sang […] à la Fédération royale espagnole de cyclisme, à l’Association mondiale antidopage (AMA), à l’Union cycliste internationale et au Comité olympique national italien, pour éviter « le danger que d’autres sportifs puissent être tentés de se doper ».

La cour annule une décision rendue en avril 2013 qui ordonnait la destruction de 211 poches de sang et de plasma au nom du droit à la vie privée. Elle acquitte également le médecin Eufemiano Fuentes, cerveau d’un réseau de dopage par transfusion sanguine, condamné en première instance à un an de prison et quatre ans d’interdiction d’exercice de la médecine sportive. Elle considère que le sang utilisé dans les transfusions n’est pas un médicament dopant et que le médecin n’est donc pas coupable de délit contre la santé publique.

L’analyse des poches de sang pourrait identifier d’autres sportifs au delà de six cyclistes mis en cause dans l’affaire Puerto, dont le vainqueur du Tour de France 1997 l’Allemand Jan Ullrich.

Le médecin avait déclaré lors du procès avoir travaillé avec « des sportifs de tous types. Ce pouvait être des athlètes, des boxeurs, tel ou tel footballeur », avait il dit sans les identifier.

Mais les éventuels cas de dopage qui seraient détectés risquent d’être prescrits. Les poches de sang ont été saisies en 2006, et le délai de prescription de l’AMA est de huit ans.

En revanche, la description des poches aurait embarrassé l’Espagne qui avait à l’époque de l’affaire Puerto la réputation d’être très laxiste en matière de lutte antidopage.

© 2016 AFP

Laisser un commentaire