Démolition de la maison Déry, la Société d’histoire de Charlesbourg déçue

Démolition de la maison Déry, la Société  d'histoire de Charlesbourg déçue

René Cloutier, président de la Société d’histoire de Charlesbourg (SHC), s’est dit «déçu, mais pas surpris» d’apprendre que les risques de démolition de la maison Déry, résidence à «bonne valeur patrimoniale», refont surface.

Vendredi, Le Journal révélait que le permis de démolition, accordé en bonne et due forme par la Ville de Québec, redeviendra opérant dès lundi. Après étude, le ministère de la Culture a conclu que cette demeure du 19e siècle constituait un patrimoine «local» et non pas «national». Le moratoire de 30 jours, décrété par le ministre Luc Fortin, expirera donc dimanche.

De son côté, la Ville de Québec a jugé que la valeur patrimoniale de la maison Déry ressemble, tout compte fait, à celle de 8000 autres bâtiments (hors arrondissements historiques). Les propriétaires et la municipalité en sont désormais à chercher un hypothétique acquéreur pour la maison, mais rien ne garantit pour le moment sa conservation.

«On a sonné la cloche depuis deux ans. Si on nous avait écouté dès le début, la situation aurait peut-être été différente», a regretté M. Cloutier.

Ce dernier a par ailleurs qualifié de «complètement ironique» une récente publication de l’arrondissement de Charlesbourg et du Service de la Culture et des relations internationales de la Ville de Québec destinée aux écoliers. On peut en effet y avoir une photo de la maison Déry, fortement menacée de démolition, pour illustrer «les trésors du patrimoine de Charlesbourg».

Nouvelles règles

D’autre part, une résolution du comité exécutif de la Ville de Québec, votée la semaine dernière et passée jusqu’à maintenant inaperçue, a changé les règles du jeu pour le secteur du Bourg-Royal, particulièrement sur la rue du Vignoble où se trouve la maison Déry.

Un moratoire de 150 jours a été décrété pour tous les bâtiments construits avant 1948. Durant ce laps de temps, aucun permis de démolition ne sera accordé. Dans la foulée, la Ville adoptera un règlement pour mettre tout ce secteur sous l’égide de la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec, nous a confirmé la conseillère municipale Julie Lemieux.

Réflextion

«La Ville est en réflexion sur les outils à privilégier pour favoriser la protection des bâtiments d’intérêt patrimonial localisés en front de la rue du Vignoble, entre l’avenue du Bourg-Royal et la limite est de l’arrondissement», dit-elle.

Laisser un commentaire